Expositions
  • Expositions personnelles
  • Expositions collectives
Projets Les Filtres Othoniel Studio

Expositions

Parcours de l'artiste d'aujourd'hui à 1986

Black is Beautiful

Novembre - Décembre 2003, Galerie Perrotin, Paris, France

Jean-Michel Othoniel, Crystal Palace

Octobre 2003 - Janvier 2004, Fondation Cartier, Paris, France

Black is Beautiful

Novembre - Décembre 2003, Galerie Perrotin, Paris, France

Découvrir l'exposition

Black is Beautiful

Exposition personnelle
Galerie Perrotin, Paris, France
15/11/2003 - 20/12/2003

Le carnaval de La Nouvelle-Orléans se compose de trois parades différentes : l'officielle, celle du quartier Sainte-Anne et celle des "Zoulous". Sans parcours défini, mise en abîme du carnaval, ce troisième défilé, organisé par la communauté noire de la ville, se moque de la parade officielle.


Peints en noir, les participants se caricaturent eux-mêmes. Directement inspiré de cette tradition, Jean-Michel Othoniel crée en 2003 un collier démesuré en verre de Murano, Black is Beautiful, exposé la même année à la Galerie Emmanuel Perrotin.


  

Jean-Michel Othoniel, Crystal Palace

Octobre 2003 - Janvier 2004, Fondation Cartier, Paris, France

Découvrir l'exposition

Jean-Michel Othoniel, Crystal Palace

Exposition personnelle
Fondation Cartier, Paris, France
31/10/2003 - 11/01/2004

Cette exposition se présente comme une procession, une procession qui perce l’endormissement du rêve. Une invitation à déambuler au milieu d’un espace d’où le corps serait absent mais où surgiraient des œuvres mises en scène, souvenirs de formes qui auraient pu être portées; une promenade au milieu de repères que l’on va découvrir, pour soi seul.


L ‘idée d’une déambulation sans aucune unité de lieu ni de temps est née de la relation à l’écriture qu’entretient Jean-Michel Othoniel. Le conte de fée en est bien sûr un modèle pregnant que l’artiste invoque souvent dans son travail. Ici, telle le conte de La Belle au bois dormant, les porteurs d’étendards, de palanquins et de bannières se sont laissés endormir par le charme. La procession reste figée, cristallisée dans le verre.


Le modèle du rêve comme écriture automatique est cependant sûrement plus proche du travail de l’artiste, car plus ouvert et fait de propositions qui sont autant de supports à la construction d’une histoire propre à chacun. C’est celui qui voit qui crée le lien, le fil entre les choses. Les œuvres sont ouvertes à la réappropriation. 


Cette exposition flirt avec l’intemporel: un lit où l’on aurait pu aimer ou dormir ou aimer, de grands colliers - mémoire d’un corps démesuré et absent -, des étendards de verre importables, un paysage amoureux, des pluies d’or fondant dans l’espace.


Egalement présentes dans l’exposition, les Lagrimas de l’artiste, jarres de verres enfermant tout un univers de luxions en verre coloré. Réalisée au Mexique, cette œuvre est faite de pampilles de larmes, éléments de verre suspendus dans des vases remplis d’eau, remplis d’humeurs. Des larmes de plaisir ou de douleur, peut-être les deux mélangées; les deux mille objets flottants et flottés sont autant de mots posés sur une partition imaginaire.


 

Découvrez aussi

Les Œuvres de commande

En savoir plus

Découvrez aussi

Revue de Presse

En savoir plus

Découvrez aussi

Expositions

En savoir plus