Actualités
Othoniel Les Filtres Studio Projets

Actualités

Expositions, projets et événements en cours

Dream Road ("Yumeji")

Septembre - Octobre 2020, Perrotin Tokyo, Piramide Building 1F, 6-6-9 Roppongi Minato-Ku, Tokyo 106-0032

Dream Road ("Yumeji")

Septembre - Octobre 2020, Perrotin Tokyo, Piramide Building 1F, 6-6-9 Roppongi Minato-Ku, Tokyo 106-0032

En savoir plus

Dream Road ("Yumeji")

Perrotin Tokyo, Piramide Building 1F, 6-6-9 Roppongi Minato-Ku, Tokyo 106-0032
16/09/2020 - 24/10/2020

JEAN-MICHEL OTHONIEL
«夢路» Dream Road
Vernissage Mercredi 8 avril, 16h-20h
16 Septembre — 24 Octobre , 2020

Perrotin Tokyo a le plaisir de présenter une exposition personnelle de nouvelles œuvres de Jean-Michel Othoniel, marquant sa première exposition à la galerie au Japon. L'exposition présente une nouvelle série de sculptures en verre et de peintures à la feuille d'or jamais montrées auparavant.
Pour sa première exposition personnelle au Japon depuis son exposition rétrospective en 2012 au Hara Museum, Othoniel poursuit son exploration de la nature dans une approche contemplative en présentant de nouvelles œuvres abstraites et sensuelles: les Kikus, inspirés de la fleur de chrysanthème et de sa symbolique dans l’ancienne culture japonaise.

Avec son installation présentant des sculptures comme de précieux talismans et des peintures calligraphiques comme des icônes, Jean-Michel Othoniel recrée à l'intérieur de la galerie Perrotin un jardin merveilleux clos autour de la symbolique du chrysanthème, un monde de rêve qu'il a nommé «Yumeji» (夢 路 - traduit par «Route des rêves») . Le mot Yumeji a une double signification, il signifie à la fois «rêver» mais aussi «rencontrer quelqu'un que vous aimez en rêves» dans les anciens poèmes japonais (waka), publiés dans les collections historiques «Kokin Wakashu» et «Gosen Wakashu» , dans les années 900 après JC.
En nommant son exposition Yumeji, Othoniel montre sa vision romantique du monde et comment des choses aussi simples que les fleurs peuvent devenir des éléments clés pour libérer nos émotions, une route de rêve vers les fantasmes et l'imagination; une façon de regarder le monde et de voir les merveilles qui nous entourent. Pour Othoniel, le réel est une source perpétuelle d'émerveillement.

«La fleur de chrysanthème est l'une des fleurs les plus importantes et symboliques du Japon. Connue comme la fleur qui fleurit en automne à l'approche de l'hiver, elle est devenue un symbole de longévité et de rajeunissement. J'aime beaucoup cette idée d'une fleur qui fleurit contre toute attente après les autres, se battant pour s'émerveiller à un moment où toutes les autres fleurs ont abandonné et s’endorment. C'est l'une des dernières fleurs à fleurir de l'année. »
Jean-Michel Othoniel.

Importé à l'origine de Chine au Japon au VIIIe siècle sous forme d'herbes médicinales, le chrysanthème a été admiré par la cour et l'aristocratie pendant la période Heian et Kamakura comme symbole de longévité. En septembre, alors que les fleurs fleurissaient, les gens accumulaient les gouttes de rosée cueillies sur les pétale en les couvrant de morceaux de tissu le soir et s'essuyaient le corps avec le tissu humide le lendemain matin pour purifier leur esprit et espérer vivre plus longtemps. Sur la base de cette coutume, la combinaison de chrysanthème et de gouttes de rosée est devenue un motif récurrent dans les poèmes classiques (waka) et la littérature, qui ont mélancoliquement romancé la vie éternelle de la fleur contrairement à la nature fragile et éphémère de la vie humaine.

Présentée sur des socles jouant soigneusement avec les couleurs, l'installation de ces sculptures élégantes évoque les impressionnantes installations que l'artiste a découvert lors de ses nombreuses visites au Bunkyo Chrysanthemum Festival.En créant des chrysanthèmes cristallisés en perles de verre, son matériau signature depuis la fin des années 1990, et en exposant ces symboles d'automne japonais au printemps, Othoniel inverse subtilement les saisons. Glacés dans du verre, les chrysanthèmes de l'artiste sont protégés, fleurissant à jamais dans une jeunesse éternelle. La nature est ainsi préservée, presque sacralisée.

Les sculptures Kiku sont de forme organique, ambiguë, à mi-chemin entre les plantes et les nœuds, se référant également à l'amour et à l'art de lier dans la culture japonaise. Offrant une expérience visuelle séduisante cohérente dans le travail sculptural d'Othoniel, les formes énigmatiques de ces nœuds en miroir rappellent la séduisante fatalité d'un piège tandis que les couleurs vives et chatoyantes du verre sont aussi attirantes que des joyaux ou des bonbons.

«J'ai toujours mis un point d'honneur à créer des œuvres stimulant tous les sens: une envie de lécher ou de toucher, par exemple, des formes évoquant l’art du « magnifique bondage ». L'attractivité du verre miroir fonctionne également comme un piège avec le regard du spectateur qui peut voir son reflet se perdre dans la sculpture devant lui / elle, et ainsi libérer son imagination. Ces fleurs érotiques sont à la fois séduisantes et dangereuses, tout comme les Fleurs du Mal de Baudelaire ». Jean-Michel Othoniel

« Othoniel construit une histoire de la nature – nature attaquée, nature contre culture, nature cultivée ».
Natasha Boas

L'artiste continue de jouer avec un sentiment de contraste et de dualité dans ses peintures grand format sur toile, des images presque abstraites réalisées à l'encre noire sur des couches de feuille d'or blanc. Ces gigantesques ombres hallucinées de fleurs peintes par Othoniel renvoient à une vision plus anxieuse du monde. En opposition au jardin lumineux et coloré montré dans l'espace principal de la galerie, ces calligraphies sombres et abstraites invitent le spectateur à une pure abstraction et à la contemplation. Les peintures Kiku témoignent de l’attachement de l’artiste pour l’art du dessin qui est au cœur de sa pratique depuis le début de son œuvre.

Découvrez aussi

L'Atelier

En savoir plus

Découvrez aussi

Les Œuvres de commande

En savoir plus

Découvrez aussi

Curriculum Vitae

En savoir plus