Commandes
  • Commandes privées
  • Commandes publiques
Projets Les Filtres Othoniel Studio

Commandes

Œuvres in situ

Le Confident

Novembre 2007, Square Docteur Lépine, Nice, France

Rivière d’Or

Septembre 2007, Beverly Hills, Los Angeles, États-Unis

Le Confident

Novembre 2007, Square Docteur Lépine, Nice, France

Découvrir l'œuvre

Le Confident

Commande publique
Square Docteur Lépine, Nice, France
23/11/2007

En 2007, 15 artistes de renommées internationales sont choisis pour investir l’espace urbain niçois et accompagner la ligne 1 du tramway de Nice Côte d’Azur. Parmi eux, Ben, Michael Craig Martin, Pierre Di Sciullo, Gunda Förster, Yann Kersalé,Jean-Michel Othoniel ou encore Jaume Plensa ont réalisé des œuvres pérennes illuminant l’espar public de propositions artistiques contemporaines spécialement créées pour la ville.


Pour ce projet, Jean-Michel Othoniel propose Le Confident pour l’axe « Un paysage diurne », soit des espaces publics traités comme des salons urbains.


« Face à la complexité du square (Square du Doyen Lépine), pris entre de nombreux flux (Tram, piétons, voitures) et différents publics, jeunes et moins jeunes ; face aussi à la contrainte de proposer un mobilier urbain que ne favoriserait pas l’attroupement et ne voulant pas faire pour ma part un mobilier célibataire, j’ai eu l’idée de la conversation ». Jean-Michel Othoniel


L’artiste crée alors un grand paravent serpentin en résilles d’aluminium, couronné par un chapelet de perles de verre colorées. Les courbes du Confident dessinent deux espaces protégés invitant les passants à arrêter leur course, à s ‘émerveiller et à se poser. Les anneaux d’aluminium se dispersent au centre de l’œuvre et ouvrent sur l’autre offrant un cadre intime propice à la conversation, au partage. L’œuvre devient donc un confessionnal en pleine rue, une folie architecturale mêlant l’intime et le privé à l’extravagance et au public, une bulle pour s’abstraire de l’environnement.


Jean-Michel Othoniel crée Le Confident et transforme ainsi l’arrêt Square Doyen-Lépine de Nice en un jardin d’Eden à la fois clos et ouvert. 

Rivière d’Or

Septembre 2007, Beverly Hills, Los Angeles, États-Unis

Découvrir l'œuvre

Rivière d’Or

Commande privée
Beverly Hills, Los Angeles, États-Unis
20/09/2007

Après Le Grand Collier Blanc de 2006, qui inaugurait dans la boutique Chanel Hong Kong la collaboration de Jean-Michel Othoniel avec Peter Marino et la maison Chanel, l’artiste crée en 2007, pour la boutique Chanel de Beverly Hills aux Etats-Unis, Rivière d’or.


Continuant ses recherches alliant monumentalité et fragilité, Othoniel suspend un chapelet  en perles de verre de Murano dorées à la feuille tel un piège à rêve irradiant de lumière. Objet d’émerveillement, Rivière d’or capte l’attention des passants et fonctionne ainsi selon un modèle onirique, un « dispositif d’investissement fantasmique » (Catherine Grenier) dans lequel chacun projette ses propres désirs. L’artiste rejoint ici le positionnement de James Lee Byars qui voyait en l’art la seule échappatoire supportable à l’esprit humain. Othoniel développe ainsi dans son langage des œuvres dont la beauté revendiquée ne relèvent plus seulement d’une recherche esthétique, mais d’une condition d’existence.


Rivière d’or fait écho aux mythes originels et cristallise dans le verre, dans une éternité immobile, l’universalité symbolique de l’or, rappelant la rivière du jardin d’Eden ou la pluie de Danae. Le verre garde dans son inaltérabilité le souvenir liquide de sa genèse et évoque ainsi le ruissellement labyrinthique d’un nectar mythologique, fossil d’un âge d’or retrouvé.


 

Découvrez aussi

Actualités

En savoir plus

Découvrez aussi

Biographie

En savoir plus

Découvrez aussi

Publications

En savoir plus